AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
ϟ Ecrits : 238
ϟ Aeons : 278
ϟ Avatar : Susan Coffey.
ϟ Crédits : C'est écrit dessus.

ϟ It's just me :

ϟ Age du personnage : 19.
ϟ Idéologie politique : Aucune. Lily aime autant les moldus que les créatures magiques, et ne deviendra violente que si on l'agresse.
ϟ Année : 5ème à Serpentard.
ϟ Capacités : Balance très bien les coups de poings.
ϟ Nationalité : Anglaise.
ϟ Race : Sorcière, animagus chien non déclaré.
ϟ Credo : On sous estime souvent les mots. On pense qu'ils sont anodins, mais c'est faux : Les mots sont des armes tranchantes. Une fois prononcés, ils restent suspendus, ils s'accrochent. Ils se collent sur une paroi invisible, pas très loin des étoiles, de telle façon que leur propriétaire ne peut plus les récupérer. Les mots sont des assassins. Les mots sont des magiciens.

ϟ Nous a rejoint le : 07/04/2013
Localisation : Montpellier.
« We are One. »
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   Mar 23 Avr - 20:50

Lily & Luna

Assise sur son lit, Lily s’ennuyait à mourir. Elle était appuyée contre l’oreiller, lui-même appuyé contre le bois du lit, une jambe tendue sur le matelas et l’autre ramenée contre sa poitrine pour y poser un bras, et elle bouquinait. Et c’était ennuyeux. Elle relisait pour la ixième fois l’histoire de son glorieux ancêtre en se demandant s’il avait vraiment été aussi con, et surtout aussi prude. Lorgner une conne qui n’arrête pas de pleurer alors qu’il a une superbe rousse qui l’aime ! Lily n’aurait pas hésité une seule seconde. Et d’ailleurs, heureusement que son ancêtre avait fini par choisir Ginny, cela lui permettait d’avoir de merveilleux cheveux roux aujourd’hui. Elle tourna la page, et grogna. Puis sa tête partit en arrière pour taper doucement le bois du lit. Elle referma le bouquin et le posa sur le meuble à côté d’elle tout en observant le plafond. Elle en avait marre d’être ici, mais marre ! Elle aurait tellement voulu être à Godric’s Hollow avec Luna. Enfin, cette dernière n’y était plus, en fait. On l’avait boutée dans un car en partance vers une destination inconnue. Pendant toute la durée du trajet, elles avaient échangé des textos pour passer le temps, et les deux filles étaient persuadées que Luna serait envoyée dans un endroit tellement merdique qu’elle se pendrait avant la fin de la journée. En plus elle avait une violente envie de faire pipi mais ne pourrait descendre qu’au terminus ! Lily avait compati avec elle. C’est dur, d’avoir très envie de faire pipi mais de ne pas pouvoir. Alors qu’elle soupire encore, son regard tombe sur son poignet, encore enroulé dans le bandage que lui avait mis Sanders. Il tenait bien, mine de rien. Lily s’était demandé si elle devait l’enlever pour les douches et tout ça, mais au final elle s’était dit qu’il lui aurait précisé, si c’était le cas, alors elle l’avait laissé en place pour qu’il ne lui reproche pas son inconscience avec ses gros yeux et ses lunettes qui lui donnaient un air trop sexy, surtout quand il était décoiffé. Enfin, il était toujours décoiffé ! Son téléphone vibra sur son lit et Lily le rafla immédiatement. C’était qui ? Luna ? Ce serait chouette. Les derniers textos qu’elle lui avait envoyés n’avaient pas eu de réponses, on avait du lui chiper son téléphone. Elle l’ouvrit, et se figea.
« Ma ptite tigresse... Ce message est mon dernier. Je te l'envoie rapidement, avant qu'elle me le prenne. Ils m'envoient dans un couvent. Pour aider. Ahuhuofikehzoug PUTIN ! La garce a essayé de me le prendre. Là elle crie comme une truie... Sauve moi ! Je suis au couvent d’Édimbourg. »
Simple, concis, rapide. Help. Luna avait besoin de son aide. Maintenant. Ses doigts volèrent rapidement au-dessus de son téléphone pour composer une réponse.
« J’arrive. »
La rouquine avait giclé de son lit, faisant sursauter le chat couché à l’autre bout. Elle prit à peine le temps se lacer ses chaussures et de mettre sa baguette dans l’ample poche de sa cape qu’elle était déjà hors de la chambre et qu’elle courait dans les couloirs, s’attirant quelques regards courroucés. Oh, mais qu’ils aillent se faire foutre ailleurs, ces nobliaux coincés du cul ! Elle finit par s’arrêter devant un garde royal et lui demander sans préambules où était son père. Et il lui répondit, omettant son titre dans la foulée. Brave petit. Lily rejoignit rapidement son père, piaffant avec impatience qu’il arrête d’ausculter chaque nouveau pour voir si leurs uniformes avaient été parfaitement repassés par maman. Finalement, il lâcha ses troupes pour se diriger vers elle de son pas martial qui n’impressionnait plus sa fille depuis longtemps.
« Toi, tu as un problème. »
« Nan. Fin si. Fin nan. Putain papa, ils ont foutu Luna au couvent. Au couvent ! »
« Explique-moi ça calmement. »
« Elle m’a envoyé un texto. Elle m’a dit qu’elle avait été envoyée dans un couvent ! Putain, ils n’ont pas le droit ! Je vais la chercher. De suite. »
« D’accord, elle n’aura qu’à loger avec toi. »
« Elle est au couvent papa, je peux pas la laisser seule là-bas, merde ! »
« Alors pourquoi es-tu encore là, mon petit pinson ? »
Lily ouvrit la bouche pour protester … Et la referma en se rendant compte que son père lui avait déjà donné l’autorisation de faire venir Luna sans qu’elle n’ait besoin de batailler pour ça. Elle le regarda avec surprise, et lui fit un grand sourire radieux. Avant de disparaître, et de réapparaître à Edinburgh. Elle avait déjà visité la ville quelques années plus tôt, dont un couvent, le seul encore en état. Luna était donc là-bas. Il ne lui fallut pas longtemps pour arriver jusqu’au couvent, mais ce temps court avait permis à la fureur de Lily d’atteindre son paroxysme. Elle était prête à massacrer quiconque se dresserait en travers de son chemin, et tant pis si Sanders râlait à cause de son poignet. Les portes du couvent étaient grandes ouvertes, et Lily se mêla à la foule de jeunes pour y entrer. Il semblerait que Luna ne soit pas la seule à y aller contre son gré, à voir la tête des autres ! En la voyant traverser la cour à grands pas, une nonne tenta de s’interposer pour la ramener dans les rangs, et Lily lui coula entre les doigts comme de l’eau. Alors, catastrophé, la bonne sœur se mit à lui courir après. Quoi, elle pensait vraiment pouvoir rattraper une Potter en colère ? Mazette, c’est mal connaître les Lily Luna Potter de Serpentard, alors. Lily finit par s’arrêter en plein milieu de la place centrale, leva la tête vers les murs.
« Luna ! Range pas ta valise frangine, on s’en va ! »
Il y eut aussitôt de l’agitation, comme une volée d’oiseaux autour d’un tas de mies de pain. Une volée de corbeaux, alors, vu la couleur des robes des bonnes sœurs. Les autres jeunes la regardaient avec stupéfaction. Comment une gamine d’un mètre soixante pouvait-elle dégager tant d’assurance ? Luna ne fut pas longue à la rejoindre. Elle avait les yeux brillants de celle qui n’avait pas douté une seule seconde qu’on viendrait pour elle. Bah tiens ! Lily lui avait dit qu’elle venait, elle venait. Point barre.
« T’as toutes tes affaires ? Ta valise est bien fermée ? T’as ton téléphone ? T’as fait pipi ? Ok, allez, on s’en va maintenant. »
Elle tendit sa main à Luna et la rousse l’attrapa immédiatement. Aussitôt, une bonne sœur les attrapa en piaillant que la demoiselle n’irait nulle part, et Lily réagit instinctivement. Elle frappa. Du pas de la main, elle donna un coup sec dans la cage thoracique de la nonne, qui recula, le souffle coupé. Elle se tourna immédiatement vers une autre nonne qui allait faire pareil, une lueur de menace dans le regard.
« Toi, tu m’touches pas, nom de Dieu ! »
Blasphème ! Les bonnes sœurs portèrent une main à la bouche en faisant des signes de croix. Pendant quelques secondes, il n’y eut plus personne pour les toucher. Lily profita de ces secondes, qui devenaient son temps à elle, pour transplaner en serrant fort la main de Luna. Elles atterrirent dans les jardins de Mellow Blue Castle. Sans se laisser émouvoir, Lily amena Luna jusqu’à sa chambre, traversant le château en lançant des regards froids aux nobles qui les regardaient passer avec stupéfaction et cupidité. La comtesse Lily Potter tenait la main d’une fille ! Et un sac les suivait en lévitant tranquillement ! Ils eurent la présence d’esprit de ne pas demander ce qu’il contenait, sinon Lily aurait répondu d’un ton mielleux qu’il y avait dedans juste assez de préservatifs pour elles deux. En entrant dans sa chambre au palais, elle se rendit compte qu’un second lit avait fait son apparition. Le sac alla gentiment se poser dessus. Enfin, Lily lâcha la main de Luna et se laissa tomber sur le matelas de son amie.
« Ouais, je sais, on est à Mellow Blue Castle. C’est bizarre hein ? C’est grand, c’est beau, c’est plein de connards plein les couloirs. On s’y fait vite. Oh, et désolée pour le transplanage, c’était un peu brusque. Si la terre tangue encore un peu, ça devrait passer rapidement. »
Luna s’assit à côté d’elle, et Lily reprit la parole. Elle était sincèrement contente de la voir, et comptait bien rattraper ce long mois d’emmerdes solitaires.
« Alors dis-moi. Pourquoi un couvent, et pourquoi précisément celui-là ? Qu’as-tu fait, encore, fille de petite vertu ? »



Show me how to lie, you're getting better all the time, and turning all against the one, is an art that's hard to teach, another clever word, sets off an unsispecting herd, and as you get back into the line, a mob jumps to their feet, now dance, fucker, dance, aan he nerver had a chance, and no one even knew; it was really only you, and now you steal away, take him out oday, nice work you did, you're gonna go far kid
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ Ecrits : 201
ϟ Aeons : 231
ϟ Avatar : Ebba Zingmark
ϟ Crédits : Inconnu (avatar) Bérénice (signature) Tumblr (gif)

ϟ It's just me :

ϟ Age du personnage : 19 ans
ϟ Idéologie politique : Elle ne comprends pas pourquoi les quatre races ne peuvent pas vivre en paix. Pourquoi tant de haine alors que le monde nous cause déjà bien asse de soucis ?
ϟ Année : Cinquième année à Serpentard, filière sport et combat, spécialité escrime.
ϟ Capacités : Maîtrise l'art du déguisement, peut cuisiner avec trois fois rien, très douée pour les économies.
ϟ Nationalité : Anglaise officiellement
ϟ Race : Moldue
ϟ Credo : Les amis sont notre famille.

ϟ Nous a rejoint le : 07/04/2013
« We are One. »
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   Dim 28 Avr - 10:23


Du bout des doigts elle tire sur une mèche rousse. Assise sur une chaise inconfortable en plastique elle écoute la diatribe infernale de la mère supérieur. Un homme à moitié nu crucifié la regarde. Pensé impure, elle aimera bien que le pagne à la Tarzan attaché autours de sa taille tombe vu qu’il a l’air plutôt beau gosse. Avec vous vu ses muscles ? Cependant il a son regard, plutôt mort, qui semble n’avoir gardé comme simple émotions une accusation silencieuse. Mal à l’aise elle détourne le regard, elle ne prend même pas la peine d’écouter ce que la bonne sœur dit. Se contentant de sursauter de temps en temps quand elle frappe avec une violence que l’on ne pense pas découvrir chez elle la table avec une fine baguette de bois qui à chaque fois manque de peu la jeune femme rousse. De justesse Luna retient un soupir, elle a retenu asse vivement la leçon quand elle a osé en pousser un en arrivant face au désespoir qui l’attendait la baguette l’a frappé en plein sur le crâne. Si elle n’avait pas cette grosse masse de cheveux sur la tête pour la protéger probablement qu’elle aurait eut le crane fracasser en deux. Sans aucun doute. Probablement que cela ne serait pas une grosse perte vu que la nonne l’a traité de jeune fille de fille légère en voyant sa petite jupe, son rouge à lèvre et à pousser le vice jusqu’à lui demander combien elle avait prit avec ce garçon. Elle n’a pas vraiment apprécié le fait qu’elle lui réponde : « Je sais pas moi, vous prenez combien vous ? ». L’ambiance fut tellement détendue entre eux deux dès le début. La vieille folle décréta qu’elle lui allait chercher une tenue plus décente que la sienne. Moui, elle allait probablement finir elle aussi déguiser en pingouin. Hop elle sort de son soutient gorge son portable, seul endroit où elle n’avait pas pensé à la fouiller. Elle lui a piqué son paquet de clopes, mais elle n’a pas eut son seule moyen de survie.

A toute vitesse elle se met à taper sur le petit clavier de son portable pour demander à la seule personne qui peut la sauver de venir : Lily. L’autre arrive, elle pousse un cri de goret qu’on est en train d’égorger. Le doigt de la demoiselle ripe, la femme de plus en plus furieuse s’en va disant qu’elle va aller chercher de l’aide pour contrôler la gamine. Hop, Luna finit son texto et l’envoie à Lily. D’une main elle attrape sa valise et s’en va dans les couloirs, elle sait que Lily va débarquer sous peu Elle a confiance en son amie, elle ne va pas l’abandonner, elle le sait très bien. D’ailleurs des cris de surprise s’élèvent dans la cours et sa super sista qui l’appel. Hop, elle accélère le pas, bousculant ceux qui osent essayer de l’arrêter sans vraiment d’effort. Chose qui n’a pas l’air de plaire à la mère supérieur qui se met en tête de les arrêter. Hop, Luna se saisit de la main de Lily.
  • « - Chui prête mon commandant on peut décoller ! »

Aussitôt ses pieds décollent du sol et cette étrange sensation du transplanage qui la rend toujours un peu nauséeuse la prend à l’estomac. Aussi étonnant qu’il soit, elles débarquent dans les jardins de Mellow Blue Castel. Le visage de la jeune femme est blanc comme un linceul, elle s’accroche d’une main tremblante à Luna. Grand Dieu ! Jamais elle ne pourra s’habituer au transplanage. Une fois l’émotion passer, la jeune femme prend goût au château. Un peu intimidait, il faut bien l’avouer, elle regard autours d’elle. Un sourire enfantin se dessine sur ses lèvres. On dirait vraiment un château de conte de fée ! Avec ses grandes dames, ses tableaux et tout. Lily elle est à l’aise, elle avance et jette des regards de défis à tout ceux qui auraient dans l’idée de les prendre de haut. Luna serre de plus en plus fort la main de son amie, elle pourrait se perdre si elle la lâchait et alors… OH MON DIEU ! Elle pourrait se retrouver à errer dans les couloirs pendant toute sa vie ne trouvant jamais de sortie. Condamner à une vie de solitude et pire une vie sans gâteaux. En plus Lily l’entraine dans des coins et des recoins. Si elle ne connaissait pas aussi bien son amie, elle l’aurait frappé en la traitant de violeuse et s’enfuir en courant. Que voulez-vous, elle n’aime pas trop qu’on la traine dans des recoins inconnus. Sauf si l’inconnu est beau, elle est faible d’esprit.

Enfin elles arrivent dans la chambre. C’est la première fois que Luna voit la chambre de Lily et sans la moindre gêne se met à farfouiller et mettre le bout de son nez partout. Après tout c’est la chambre de Lily, elle a le droit, non ? Quoi qu’il faut l’avouer qu’elle le fait partout où elle va. Jugeant avoir fait le tour du propriétaire, la demoiselle se laissa tomber à côté de son amie.
    « - Alors dis-moi. Pourquoi un couvent, et pourquoi précisément celui-là ? Qu’as-tu fait, encore, fille de petite vertu ?
    - Mais heeeeuuu… J’ai simplement couché avec, tu sais le type brun qui vit pas très loin de chez toi, je ne sais pas son prénom. » Elle se laisse tomber sur le matelas à son tour et pousse un lourd soupir désespéré. « En fait je couche avec des mecs que je ne connais pas vraiment, ça craint, franchement. Bref. J’ai couché avec lui, on s’est fait surprendre et la suite tu connais. » Elle lâche un petit ricanement. « La prochaine fois tu me feras des bébés dans le salon de l’orphelinat, ils diront qu’on est possédé ou une connerie du genre. »

Ne pouvant rester en place, la jeune femme se leva et se dirigea d’un pas sautillant pour regarder la fenêtre juste gigantesque. Tout comme la chambre. Et les meubles qui sont super riches et tout. Elle se retourne et jette un regard narquois à son amie.
    « - En fait où que tu sois t’es une gosse de riche. Tu devrais te comporter un peu mieux que ça mademoiselle la gosse de riches. Déjà porter toujours des robes longues et pis mettre des rubans dans les cheveux et puis avoir l’air toujours délicate et manger très penser en disant huhuhu je suis la meilleure et tout. »

Faut bien l’avouer. Autant d’étalage de luxe cela lui fait peur. Ils n’ont pas mieux à faire que dépenser leur argent ? Hein ? Après tout on pourrait avoir des meubles tout aussi joli en les trouvant dans la rue. Son regard repart vers la fenêtre. Elle est trop petite. Enfin pas la fenêtre. Luna. Elle est trop petite pour l’ouvrir. La poignée est anormalement haute. Elle saute une main en l’air pour essayer de l’ouvrir. Elle jette un regard de supplication à son amie. Elle se remet à sauter. Nouveau regard. De nouveaux sauts.
    « - Lilyyyyyyyyyy ! Faut qu’on ouvre la fenêtre. Chui sûr qu’on peut faire du saut à l’élastique ou bien grimper sur la façade et observer tout ce qui se fait dans les chambres. »

A petit pas elle se redirige vers le lit et se laisse tomber dessus. Nan c’est pas possible, quand elle est assise dessus, ses pieds ne touche même pas le sol. Comment est-ce que tout cela est possible ? C’est trop riche. Elle, elle est contente qu’elle a le droit à une couverture chaude pour l’hiver. Celles de l’orphelinat son parfois si éliminés qu’elle ne réchauffe même pas et il faut se battre pour avoir une couverture digne de ce nom. Elle se fait rouler sur le lit jusqu’à atterrir sur Lily.
    « - Il est où ton beau gosse de frère ? Je suis toujours persuadée que je pourrais le séduire et l’épouser et comme ça on deviendra des soeuuuuuuurs. »

Elles sont déjà des sœurs. Ceci est une évidence pour les deux demoiselles. Pourtant depuis qu’elle a vu le frère de Lily, allait savoir pourquoi, mais Luna s’est mise en tête de l’épouser. En même temps qui ne voudrait pas épouser un beau gosse riche, n’est-ce pas ? Il ne voit en elle qu’une gamine qui est la meilleure amie de sa sœur. Dans un sens c’est mieux ainsi. Etre amie avec Lily est déjà bien asse compliqué dans sa situation.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ Ecrits : 238
ϟ Aeons : 278
ϟ Avatar : Susan Coffey.
ϟ Crédits : C'est écrit dessus.

ϟ It's just me :

ϟ Age du personnage : 19.
ϟ Idéologie politique : Aucune. Lily aime autant les moldus que les créatures magiques, et ne deviendra violente que si on l'agresse.
ϟ Année : 5ème à Serpentard.
ϟ Capacités : Balance très bien les coups de poings.
ϟ Nationalité : Anglaise.
ϟ Race : Sorcière, animagus chien non déclaré.
ϟ Credo : On sous estime souvent les mots. On pense qu'ils sont anodins, mais c'est faux : Les mots sont des armes tranchantes. Une fois prononcés, ils restent suspendus, ils s'accrochent. Ils se collent sur une paroi invisible, pas très loin des étoiles, de telle façon que leur propriétaire ne peut plus les récupérer. Les mots sont des assassins. Les mots sont des magiciens.

ϟ Nous a rejoint le : 07/04/2013
Localisation : Montpellier.
« We are One. »
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   Lun 27 Mai - 16:42

Transplanage. Aha, la tête des sœurs était quand même impayable ! Bran allait en rigoler pendant des heures quand il lui raconterait son épopée au pays des religieuses moldues. Ce genre de connasses qui tiennent la magie pour un truc mal ! Ca avait du leur faire très bizarre de voir une rouquine disparaître comme par enchantement. Elles allaient sans doute lancer de l’eau bénite de partout pour empêcher le Mal de remettre les pieds ici. Quelles conneries, la religion, franchement. Se laissant tomber sur le deuxième lit apparu pendant sa courte absence, elle regarda sa meilleure amie faire le tour de la pièce avec de grands yeux émerveillés. Il y avait de quoi. L’atmosphère était très steampunk, après tout. Chandeliers en cuivre accrochés aux murs, lits d’époque, pas d’électricité, pas de réseau. Enfin, pour le réseau, Lily avait réussi à marchander avec son père pour avoir un super forfait spécial pour toutes les pauvres âmes égarées en Irlande qui voulaient quand même utiliser leurs téléphones. Ses excellentes notes avaient joué en sa faveur, et elle avait promis de ne pas s’en servir tout l’été. Evidemment, vu qu’elle comptait bien rejoindre Luna avant ! Quand Lily lui demanda pourquoi elle avait été envoyée à l’orphelinat, la réponse ne se fit pas attendre, et en plus de ça eut le mérite de la faire sourire.
« Ouais, je vois lequel. Le brun avec les cheveux longs, là. Henry, Harold ou une connerie dans ce genre. C’est vrai qu’il est plutôt mignon. Mais comment ça se fait que vous vous êtes faits choper ? T’as fait ça où franchement, juste sous leurs yeux ? »
Sujet délicat s’il en est. Cornélia, sa sœur jumelle chérie d’amour, en aurait rougi de les entendre parler de ça. Quand Luna reprit la parole pour dire que la prochaine fois elles feraient des bébés en plein cœur du salon de l’orphelinat, Lily esquissa un sourire entendu. Une relation avec une fille ? Parbleu, elle n’était franchement pas contre. Surtout avec Luna. Bien qu’elle soit sa sœur spirituelle, Luna restait tout de même une très jolie fille, et comme elle entendait les garçons du village vanter ses performances sexuelles, elle était assez curieuse de savoir ça.
« Ca ne me dérangerait pas vraiment en fait. Ce serait ma première fois en plus. Ca ne t’embêterait pas de me dépuceler ? Eh ouais, pas la peine de faire cette tête. Dix-neuf ans, toujours pucelle, ce n’est pas tellement un drame en soi, ça viendra quand j’en aurai envie. Puis, bon, c’est clair que si on faisait des bébés, on serait quand même possédées, vu que c’est morphologiquement impossible. »
Elle esquissa un sourire, tandis que Luna se redressait pour refaire un tour de la chambre, complètement excitée. Elle sautilla vers la fenêtre pour regarder dehors, admirant sans doute le magnifique jardin du palais royal, puis se retourna vers elle pour lui dire qu’elle était une gosse de riches, en fait. Lily leva un sourcil. Ouais, c’est une gosse de riches, elle ne s’en cachait pas même si elle ne se comportait pas comme telle. Elle copinait avec qui elle voulait, n’avait aucun attachement patriotique envers le roi d’Irlande, sa loyauté allant tout d’abord à sa propre famille. Elle s’habillait comme ça lui sentait, et évitait au maximum les robes à frou-frou et les trucs encombrants. Pas super pratique pour monter sur un balai quoi. Et alors que Luna lui disait qu’elle devrait quand même mieux s’habiller d’une voix faussement outrée, Lily baissa les yeux vers sa tenue. Un jean, ses éternelles Doc Martens, un tee-shirt aux couleurs des Harpies. Ouais, en effet, peut mieux faire. Elle grimaça en entendant son amie parler, détestant complètement le tableau qu’elle dépeignait, ne s’imaginant pas du tout comme ça. Quelle horreur.
« Ouais, c’est ça, et puis quoi encore ? Faire de la lèche au roi d’Irlande comme tous les autres nobliards de ce putain de château ? Plutôt crever tiens. »
Mais d’un côté, Lily comprenait parfaitement ce que ressentait Luna. Un tel étalage de richesses devait la rendre atrocement mal à l’aise, en fait. Tous ce bois précieux, ces dorures, ces lits immenses ! Ca devait être perturbant quans on sortait d’un orphelinat minable, autant par ses locaux pourris que par sa gérance pitoyable ! Déjà, quand elles étaient arrivées à Poudlard, Luna avait ouvert de grands yeux émerveillés en voyant le château, les lits, la salle commune. Lily, pour sa part, s’était contentée de soupirer de soulagement parce que Rose avait été répartie à Poufsouffle et qu’elle n’aurait pas à se la coller dans la salle commune. Il y aurait eu du sang sur les baies vitrées avant la fin de la première semaine, et ça n’aurait pas été celui de Lily. Luna lui jeta un regard de supplication, la ramenant à la réalité, et lui demanda d’un ton pitoyable d’ouvrir la fenêtre, pour faire du saut à l’élastique ou espionner dehors. Lily éclata de rire.
« Non, et non. Il y a des sortilèges, en gros si tu tombes d’une fenêtre tu es immédiatement retransporté à ton point de départ. Suicides et sauts à l’élastique impossibles. Idem pour l’espionnage, les nobles tiennent à préserver leur semblant de vie privée pour qu’on les regarde pas faire des cochonneries depuis une fenêtre, genre tout le monde ignore qu’il y a des passages secrets et qu’on peut voir dans chaque chambre quand on les connaît. Mais oui, on peut ouvrir la fenêtre si tu veux. »
D’un coup de baguette magique, Lily ouvrit la fenêtre pour faire plaisir à Luna et s’étira comme un chat. Luna revint s’asseoir à côté d’elle, l’air impressionnée par tout ce qu’elle voyait. Etrangement, cela mit Lily mal à l’aise, comme si elle était coupable d’être née riche et de passer des vacances dans un château pire que luxueux où toute la bonne société sorcière se côtoyait. Elle savait très bien n’y être pour rien et que Luna s’en foutait comme de son dépucelage, mais quand même, la voir ouvrir de grands yeux comme ça la mettait vaguement mal à l’aise. Elle aurait quand même préféré être chez elle, au manoir Potter. Tout aussi luxueux, mais beaucoup moins tape à l’œil, quand même. Luna reprit la parole, lui demandant où était son beau gosse de frère. Visiblement, elle n’avait pas abandonné l’idée de l’épouser, aha. Elle haussa les épaules pour lui signifier qu’elle n’en savait rien.
« Quelque part dans le château sans doute. Soit il patrouille, soit il fait le plancton près d’un membre de la famille royale ou un noble quelconque, soit il s’entraîne avec les autres. On va éviter d’aller l’embêter par contre, il déteste avoir du monde dans les pattes quand il est en service. »



Show me how to lie, you're getting better all the time, and turning all against the one, is an art that's hard to teach, another clever word, sets off an unsispecting herd, and as you get back into the line, a mob jumps to their feet, now dance, fucker, dance, aan he nerver had a chance, and no one even knew; it was really only you, and now you steal away, take him out oday, nice work you did, you're gonna go far kid
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ Ecrits : 201
ϟ Aeons : 231
ϟ Avatar : Ebba Zingmark
ϟ Crédits : Inconnu (avatar) Bérénice (signature) Tumblr (gif)

ϟ It's just me :

ϟ Age du personnage : 19 ans
ϟ Idéologie politique : Elle ne comprends pas pourquoi les quatre races ne peuvent pas vivre en paix. Pourquoi tant de haine alors que le monde nous cause déjà bien asse de soucis ?
ϟ Année : Cinquième année à Serpentard, filière sport et combat, spécialité escrime.
ϟ Capacités : Maîtrise l'art du déguisement, peut cuisiner avec trois fois rien, très douée pour les économies.
ϟ Nationalité : Anglaise officiellement
ϟ Race : Moldue
ϟ Credo : Les amis sont notre famille.

ϟ Nous a rejoint le : 07/04/2013
« We are One. »
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   Lun 27 Mai - 22:56

Okay. Message reçu cinq sur cinq. Faut pas le faire chier, pour le moment du moins. Dés qu’il aura un instant de liberté je lui fais les yeux doux. C’est si simple, grand sourire, je tire un peu mon t-shirt et je raconte n’importe quoi. Probablement qu’il va encore m’envoyer gentiment me faire foutre, je le fais plus chier qu’autre chose. En plus il parait qu’il a une fiancée, mais bon je continue. Parait aussi qu’elle a disparu. Quelques échos dans les couloirs. Et pis si cela ne marche pas sur lui, cela pourra toujours attirer le regard d’un nobliau asse stupide pour me prendre comme amante. Hors de question d’en épouser l’un d’entre eux, ils sont tellement riches que c’est écœurant. C’est fou comme j’adore et je déteste ce lieu en même temps. J’aime être allongée dans ce lit comme à cet instant. Si confortable qu’on croirait être allongé dans un nuage. Ouais je sais que c’est physiquement impossible de s’allonger sur les nuages, mais si c’était possible, cela aurait la même impression. Pas comme mon lit à l’orphelinat où les ressorts menacent de ressortir et sont douloureux. Je crois qu’il me manque, ce type dont je me souviens plus vraiment le prénom, ça craint de ne pas se souvenir des prénoms des types avec qui on baise. Je crois que son prénom tapé plus du côté de Charles ou un truc du genre. Mais bon Lily a probablement plus de chance que moi de tomber juste à son sujet. J’ai rien répondu, j’aime pas l’idée qu’on me colle une étiquette de fille légère, même si appelons un chat un chat, c’est ce beaucoup de mecs pensent que je suis. Je devrais peut être essayer le sortilège, ça doit être cool de sauter et de se retrouver au même endroit. C’est pas vraiment le genre de truc qui va plaire et on risque de se faire engueuler. HUMPF. Faut que je me lève, ce lit est bien trop douillet, c’est dangereux, on devient oisif et on passe toute sa journée à dormir dedans et on ne le quitte pas. Alors que le lit à uniquement deux fonctions et aucune de ses deux fonctions nécessite d’y passer 24h/24. Je dois me lever. A la une, à la deux, à la trois. J’essaie de sautiller sur le lit pour le quitter. OH MON DIEU CELA REBONDIT. En fait je continue à faire des petits bonds c’est trop bon. Normalement les filles qui font ça dans les films elles sautent carrément à pieds joins et tout, mais déjà sautiller sur le lit c’est tellement jouissif. Boing boing boing. C’est sûr que c’est pas avec les lits de l’orphelinat qu’on ne pourrait pas faire ça.
« - Va s’y, moi aussi je veux un lit trampoline. Tu crois pas qu’il y aurait un type asse con pour m’en offrir un. Ca serait le pied. »

Et m’offrir un moyen de ne pas devenir chasseuse. Je hais cette vie. Je n’ai jamais tué, mais on m’éduque à cela. On n’aime pas trop l’idée que j’ai prit l’escrime en spécialité, mais on ne dit pas grand-chose, sinon cela se ferait des vagues. Ils se disent que je mettrais mes capacités dans le piratage informatique probablement. Sauf que non. Je ne deviendrai pas une chasseuse, je ferais changer Rose d’avis ou bien je disparaîtrai. Je me rapproche de Lily et pour la taquiner je lui ébouriffe les cheveux. Je peux pas la tuer. Je peux pas lui faire le moindre mal. Parfois je me dire qu’il serait tellement plus simple de me tirer Poudlard et de les laisser tomber toutes les deux pour ne pas faire de choix entre Rose et Lily. C’est tellement dur. Personne ne devrait avoir à faire ce genre de chose. Destin à la con, destin foireux. Je reprends mes bonds sur le lit, me rapprochant dangereusement du bord. De peu j’arrive à éviter la chute et j’arrive à atterrir en toute simplicité sur mes pieds.
« - J’paris qu’il y a un passage secret par ici. Tu crois qu’on peut aller aux cuisines ? Dans les bouquins y a toujours un tas de beaux soldats aux cuisines et on y mange super bien et vraiment bien. Pas la cuisine de riche super bizarre. A croire qu’ils ont tous des estomacs de moineaux. Nan la vraie cuisine. »

Sans prendre la peine d’attendre une réponse de sa part je me mets à fouiner sous les tapis, tapant contre les murs à la recherche d’un passage secret. Doit bien en avoir un. Sinon ce château n’a aucun intérêt. Tout cet étalage de luxe me donne la nausée, sérieusement, si je piquais une petite cuillère je suis sûre que je pourrais me nourrir pendant trois jours au MacDo et bien une semaine de chinois. Sérieusement. Une petite cuillère ne leur manquerait pas hein ? Je pourrais en prendre deux, trois et comme ça je pourrais enfin manger correctement pendant une semaine. Ouais juste une semaine parce que je ne pourrais pas garder tout cet argent pour moi. Ca serait pas correct, forcément que j’partagerai avec tout les orphelins et même avec les SDF qui trainent aux alentours. Bref. Cela ne ferait pas très longtemps, c’est clair. Faudrait que j’en vole plein, mais pas trop, serait capable de me couper les mains ces tarés. En plus Lily va encore vouloir me payer des trucs en m’assurant que c’est pas un souci et qu’elle est riche elle. Ouais, ça je le sais, mais je préfère voler que faire la manche auprès de mes amis. Fierté à la con, mais bon, là n’est pas la question pour le moment. Je me retourne et jette un regard dépité à Lily.
« - L’est planqué où ton passage secret ? »

Il y en a un forcément. Il y a toujours des passages secrets, c’est une évidence. Sauf que j’en trouve pas, ce qui est problématique vu que je compte emprunter des petites cuillères. Je les ramènerai, un jour, quand je deviendrai riche et célèbre ou que je devienne la favorite d’un homme riche. Malheureusement j’ai plus de chance de devenir favorite et passer le reste de ma vie à essayer de ne pas vieillir qu’à devenir riche et célèbre par moi-même. Cela m’attriste un peu. Sauf que je suis très douée pour cela et me contente de garder un grand sourire, les yeux brillants, en attendant que Lily me dit où est caché le passage secret.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ Ecrits : 238
ϟ Aeons : 278
ϟ Avatar : Susan Coffey.
ϟ Crédits : C'est écrit dessus.

ϟ It's just me :

ϟ Age du personnage : 19.
ϟ Idéologie politique : Aucune. Lily aime autant les moldus que les créatures magiques, et ne deviendra violente que si on l'agresse.
ϟ Année : 5ème à Serpentard.
ϟ Capacités : Balance très bien les coups de poings.
ϟ Nationalité : Anglaise.
ϟ Race : Sorcière, animagus chien non déclaré.
ϟ Credo : On sous estime souvent les mots. On pense qu'ils sont anodins, mais c'est faux : Les mots sont des armes tranchantes. Une fois prononcés, ils restent suspendus, ils s'accrochent. Ils se collent sur une paroi invisible, pas très loin des étoiles, de telle façon que leur propriétaire ne peut plus les récupérer. Les mots sont des assassins. Les mots sont des magiciens.

ϟ Nous a rejoint le : 07/04/2013
Localisation : Montpellier.
« We are One. »
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   Jeu 30 Mai - 14:53

Depuis tout à l’heure, Luna gigote comme un petit asticot. Ah la la, elle ne s’arrête jamais de bouger ou quoi ? Enfin, non pas que cela gêne plus que ça la rouquine toujours assise sur le lit. Lily a l’habitude qu’on s’active autour d’elle. Ses parents et son frère se lèvent tôt, sa sœur aime bien faire de même pour se planquer dans l’immense bibliothèque du palais royal, son chien bondit autour d’elle à chaque fois qu’il veut un peu d’attention, et elle, elle n’est pas en reste, à se balader de partout pour tuer le temps ou à s’exercer au sport avec son frère et les autres gardes. Effet Potter voyons. Luna évita subrepticement de répondre à sa question, et Lily n’insista pas, placide, n’ayant pas envie de se prendre la tête avec des conneries. Si c’est le kif de sa jumelle spirituelle de s’envoyer en l’air avec le premier venu, grand bien lui en fasse. Pour sa part, elle n’y connaissait rien, son éducation le lui interdisait. Enfin, son père le lui interdisait. Et quand William Potter ouvrait de grands yeux en vous interdisant quelque chose, vous obéissez et vous filez bas. Enfin bon, son père était quand même vachement permissif. Va où tu veux, fais ce que tu veux, tant que tes notes sont bonnes je ne t’embête pas … Alors bon, les petites barrières qu’il posait n’étaient jamais franchies. Pas de drogue, pas de nuit de folie, pas de soucis avec les forces de l’ordre. Oui papa. Luna la fait sortir de ses songes en se redressant d’un coup et en découvrant d’un air émerveillé que le lit permet de rebondir. Et la voilà partie, comme une gamine, à faire boing boing sur le matelas, les yeux brillants.
« Bah t’as été virée de l’orphelinat non ? T’as qu’à venir t’installer chez moi, mes parents t’aiment bien, ma mère aurait bien aimé avoir une troisième fille en plus. On dégagera la chambre d’amis à côté de la mienne, ce sera ta chambre, et on y mettra un lit-trampoline pour que tu t’éclates à rebondir dessus. »
Lily sourit quand Luna se pencha vers elle pour lui ébouriffer les cheveux. Maintenant, ses pointes rousses partaient de tous les côtés, et elle les lissa vaguement du plat de la main pour les remettre en place. Elle tourna ensuite la tête vers Luna, qui semblait perdue dans ses songes. Alors qu’elle allait lui demander à quoi elle pensait comme ça, s’attendant aussi à ce qu’elle lui sorte un grso mensonge réchauffé et prémâché, la rouquine atteignit le bord du lit et se réceptionna sur ses pieds. Et blam, voilà qu’elle lui repose plein de questions en même temps à un débit impressionnant avant de filer vers le mur, certainement pour trouver un passage secret. Avec un soupir, Lily répondit calmement à sa copine, vu qu’elle connaissait beaucoup mieux qu’elle les usages et coutumes de la cour d’Irlande.
« Dans la cuisine il y a des elfes de maison, comme à Poudlard. Si tu veux voir les gardes c’est dans les baraquements qu’il faut aller. Et comme tu dis, c’est dans les livres, parce qu’ici on mange super bien. On y mange même mieux qu’à Poudlard, si tu veux mon avis. »
Luna bondit de partout pour trouver le passage secret, à tel point que ça devient comique. Ah la la, elle n’aurait jamais du lui dire une chose pareille. Mais bon, elle le savait bien, dans tous les châteaux il existait des passages secrets, des couloirs oubliés, que prenaient les courtisans, les serviteurs et les espions du roi pour veiller à ce qu’il n’y ait pas de complot. De tous temps, quand on construit un château, on met une ou plusieurs sorties de secours ainsi que des petits couloirs pour se faufiler en douce. Et des trous pour surveiller chaque chambre. Une fente dans un mur, dans un parquet, ou même carrément au plafond. Finalement, Luna se tourna vers elle, lui envoyant un regard dépité pour savoir où est le passage secret. Désolée de la décevoir autant, Lily se contenta de hausser les épaules. Comment pourrait-elle le savoir ? Un passage secret est, comme son nom l’indique, secret.
« Aucune idée. Je ne suis qu’une petite noble parmi d’autres, hein, pas un courtisan qui intrigue et qui colle son oreille au mur pour s’attirer les faveurs du roi. »
Bon, alors ça, c’est fait. Si quelqu’un les écoutait, il sait maintenant ce que Lily pense de lui. Se retournant avec souplesse, elle se coucha sur le ventre, pliant ses jambes pour les faire battre en hauteur dans le vide, le menton appuyé sur ses poings dressés. Prise d’une inspiration subite, elle esquissa un demi-sourire et s’adressa à Luna.
« T’sais, faudrait que j’te présente Sanders. Il est super cool. C’est un super médicomage, c’est lui qui me répare à chaque fois que je me casse en deux, et qui me fait la morale après, mais comme c’est un prince, bah je me tais et je subis. C’est lui qui a écrit les bouquins que je t’ai filé avant qu’on parte en vacances, et tout ceux d’avant aussi d’ailleurs. C’est pour ça qu’ils sont tous dédicacés en fait. Entre deux poignets pétés, je lui demande une petite signature. »
Elle ricana et leva un doigt, qui effleura quelque peu sa joue. Encore un truc à préciser pour éviter que Luna devienne vexante ou blessante sans le vouloir. C’est qu’elle est tellement imprévisible cette nana, impossible de savoir ce qu’elle va dire ou faire quand elle commence à sautiller comme un cabri.
« C’est un bâtard, au passage. Le demi-frère du roi. J’crois qu’il est né Dolohov, ou une famille russe dans ces tons-là. Il a été légitimé par son paternel. Mais faudra pas en parler, ok ? Ca n’se fait pas, et j’aime pas ça, j’ai toujours l’impression que les gens se moquent. Et j’aime pas trop qu’on se moque des princes. »
Conditionnement à la Potter, en quelque sorte. On l’avait tellement habituée au respect du à la famille royale que, même si elle considérait ça comme des conneries, et même si l’ambiance de l’Irlande la gavait et qu’elle se sentait plus à sa place dans l’Angleterre technologique, elle se transformait instantanément en protectrice de la famille royale quand un prince se faisait houspiller sous ses yeux ou si on parlait mal d’un prince quand elle était dans les parages. Protectrice royale, autant physiquement que mentalement. Si ses mots ressemblaient à la morsure d’un crotale, les coups de poings qu’elle balançaient faisaient plutôt penser à un trente-six tonnes qui a quitté la route pour heurter de plein fouet un poteau. Elle, le trente-six tonnes, l’imbécile d’en face, le poteau.
« Ah et il déteste qu’on lui donne du prince, de l’altesse, du monseigneur … Raison pour laquelle je le fais. C’est trop rigolo, aha. »



Show me how to lie, you're getting better all the time, and turning all against the one, is an art that's hard to teach, another clever word, sets off an unsispecting herd, and as you get back into the line, a mob jumps to their feet, now dance, fucker, dance, aan he nerver had a chance, and no one even knew; it was really only you, and now you steal away, take him out oday, nice work you did, you're gonna go far kid
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ Ecrits : 201
ϟ Aeons : 231
ϟ Avatar : Ebba Zingmark
ϟ Crédits : Inconnu (avatar) Bérénice (signature) Tumblr (gif)

ϟ It's just me :

ϟ Age du personnage : 19 ans
ϟ Idéologie politique : Elle ne comprends pas pourquoi les quatre races ne peuvent pas vivre en paix. Pourquoi tant de haine alors que le monde nous cause déjà bien asse de soucis ?
ϟ Année : Cinquième année à Serpentard, filière sport et combat, spécialité escrime.
ϟ Capacités : Maîtrise l'art du déguisement, peut cuisiner avec trois fois rien, très douée pour les économies.
ϟ Nationalité : Anglaise officiellement
ϟ Race : Moldue
ϟ Credo : Les amis sont notre famille.

ϟ Nous a rejoint le : 07/04/2013
« We are One. »
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   Lun 3 Juin - 21:26

Je n’ai toujours connu que deux demeures : l’orphelinat et chez les Potter. Si on compte Poudlard cela fait trois, mais une école n’est pas une demeure, désolée, c’est un lieu que l’on supporte et où l’on prie pour pouvoir se tirer vite fait et enfin vivre la grande aventure de la vie. En fait, chez les Potter j’ai toujours été une invitée, alors cela n’est pas vraiment une demeure. Non, ma seule demeure a été l’orphelinat et maintenant je ne l’ai plus. Ils n’ont rien dit, mais cela se sait. Ils voulaient depuis un petit moment me faire dégager. Trop âgée, transgressant les règles et avec une forte tendance à l’impertinence. Je ne sais pas pourquoi ils ne m’ont pas virée déjà, peut être à cause de cet homme, qui était venu autrefois. Il m’avait juré que rien ne m’arriverait de mal, que quoi qui se passe, il s’assurerait que je serais heureuse. Je dois y rester. Si je veux le revoir. Un jour il va revenir, pourquoi est-ce qu’il ne reviendrait pas ? Pour m’emmener ailleurs, loin de tout cela et je ne serais pas obliger d’être chasseuse. Je ne dis rien. Je me contente d’hocher la tête faisant croire que je suis ravie d’être installée dans la chambre d’amis. Une invité, je ne serais qu’une invité, toujours qu’une invité. Rien d’autre. Jamais de chez moi. Alors que lui, il pourrait tout changer. Je ne lui laisse pas la chance d’insister sur sa proposition, j’enchaine avec des questions, je fouille, je souris, je ris et ne lui laisse pas le temps de respirer. Toujours en mouvement, je n’aime pas rester en place. Besoin d’air, besoin d’aventures, besoin de sentir ce sentiment de liberté et de n’avoir aucune attache. Partir au loin et se dire qu’on ne rentrera peut-être jamais. Plus de choix à faire. Simplement le destin qui fait de nous des poupées de chiffons. Sauf que Lily coupe brutalement avec un soupire. Elle n’a jamais vraiment aimé tous ces trucs. Dommage. En même temps on n’aurait jamais été amies si elle était une petite pétasse de la cour avec la bouche en cul de poule et dont le seul souci est de savoir si son éventail sera assortit avec les fleurs dans ses cheveux.

Position n°2. Okay chef compris on ne va pas bouger. Moi je peux pas adopter la position n°2, je n’y suis jamais arrivée. Faut savoir rester sur place. Ce qui n’est pas mon cas. Je préfère tournoyais dans sa chambre et fouiller. Elle n’a rien à me cacher, contrairement à moi. Je n’ai qu’un secret. Un seul. Je l’emporterai dans la tombe. Le reste, elle le sait, elle connait mon âme comme un livre ouvert, elle pourrait ouvrir mon cerveau les yeux fermés et savoir où aller. Elle me parle d’un type. J’hoche de la tête. Je ne peux m’empêcher de faire une petite moue. Des règles, toujours des règles. Suffit de me le dire pour que maintenant j’ai cette envie impérieuse de le voir et de me foutre sous son nez pour lui demander avec un sourire des plus innocents c’que cela fait d’être la preuve vivante que son père n’aimait pas sa femme. Sauf que je le ferais pas. Je vais bien me tenir, pour Lily. Sinon elle va se faire taper sur les doigts par ma faute. Je me contente donc d’hausser les épaules.
« - T’inquiète, de toute façon j’ai toujours préféré les batards chez les chiens. Les purs c’est tout des couillons qui montrent les crocs aux gamins de l’orphelinat quand ils veulent leur faire de câlins. »
Je me souviendrai toujours de ce jour où un petit rocket avait mordu la petite Louise. La pauvre n’avait rien fait, elle ne s’était même pas approchée de lui. Elle se contenter de jouer à la corde à sauté. Soit disant qu’elle était sur son territoire. Ils n’ont pas vraiment aimé que je balance des cailloux à la bête pour qu’elle se tire. Le pauvre petit avait été éraflé. Louise elle a une énorme cicatrice et une peur bleue des chiens maintenant. Même Tincker L’Enorme ne peut plus l’approcher, c’est pour dire.
« - Tu crois qu’il accepterai de venir au club de littérature à Poudlard ? Ca serait trop cool s’il pouvait venir et cela en mettrait plein dans les dents de cette stupide présidente. J’compte bien lui piquer la place cette année. » J’ouvre les bras en gras les yeux pleins d’étoiles. « Présidente Luna Rainbows Parkers. Ca claque non ? »
J’avais rejoint ce club à la base parce qu’on n’avait pas le choix. Le seul qui aurait éveillé un intérêt en moi aurait été un club de jeux vidéo, mais l’administration me l’a refusé. Alors faute de mieux j’ai rejoint par dépit le club de littérature. Sauf que j’ai finit pas m’attacher aux gens de ce club, sont sympas et puis j’aime bien les bouquins qu’on lit. Le seul souci c’est la présidente, elle et moi on ne s’entend pas. Et encore, c’est un doux euphémisme, je ne compte plus le nombre de fois où elle m’a demandée si je savais vraiment lire ou si j’avais déjà ouvert un bouquin. Bougre de bougre, c’est parce que je suis orpheline que je ne suis pas cultivée. Loin de là. Bon certes je n’ai pas la même culture que les autres, pour moi deux plus deux ne font pas toujours quatre et je refuse de croire que la terre tourne, mais ce sont des choses inutiles à savoir. Par contre je sais comment on doit détruire l’anneau unique, où est le roi Arthur et que Khaleesi c’est la plus classe. Je me rapproche de Luna et m’assoit à côté d’elle. Si on doit rester, autant que je m’assois sur le lit et que je reprenne mes bonds.
« - Tu me dirais si t’étais amoureuse de lui ? De ce Sanders. »
Lily elle ne me parle pas souvent de mecs. Probablement jamais. A croire qu’à part Weasley, son père et son frère les hommes n’existent pas. Alors que tout à coup, d’elle-même, elle me parle d’un type. J’ai envie de lui dire que ce type n’est probablement pas fait d’elle. Sauf que je dis rien. Si elle l’aime vraiment, je ferais tout pour qu’elle puisse vivre pleinement son amour. Après tout, un premier amour c’est sacré. Le mien je l’ai sacrifié sur l’hôtel de la débauche dans un accès de je vous envoie tous vous faire foutre. Je regrette maintenant.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ Ecrits : 238
ϟ Aeons : 278
ϟ Avatar : Susan Coffey.
ϟ Crédits : C'est écrit dessus.

ϟ It's just me :

ϟ Age du personnage : 19.
ϟ Idéologie politique : Aucune. Lily aime autant les moldus que les créatures magiques, et ne deviendra violente que si on l'agresse.
ϟ Année : 5ème à Serpentard.
ϟ Capacités : Balance très bien les coups de poings.
ϟ Nationalité : Anglaise.
ϟ Race : Sorcière, animagus chien non déclaré.
ϟ Credo : On sous estime souvent les mots. On pense qu'ils sont anodins, mais c'est faux : Les mots sont des armes tranchantes. Une fois prononcés, ils restent suspendus, ils s'accrochent. Ils se collent sur une paroi invisible, pas très loin des étoiles, de telle façon que leur propriétaire ne peut plus les récupérer. Les mots sont des assassins. Les mots sont des magiciens.

ϟ Nous a rejoint le : 07/04/2013
Localisation : Montpellier.
« We are One. »
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   Jeu 6 Juin - 12:34

Luna était un peu déprimante, à sautiller de partout pour cacher son malaise. Etrangement, Lily avait l’étrange impression qu’il y avait plus en jeu que son arrivée au palais. Oh, d’ailleurs il ne faudrait pas qu’elles oublient de passer par le recensement administratif, et qu’elle ne soit pas arrêtée comme une vulgaire voleuse tous les trois pas parce qu’elle n’était pas sur la liste des résidents du palais royal. Les prisons de Mellow Blue Castle n’étaient pas des plus chics pour passer des vacances tranquilles, après tout. Interrogative, Lily appuya un peu mieux son menton sur son poing et pencha un peu la tête sur le côté, observant Luna faire des allers et venues dans la pièce, la fouillant comme un chaton curieux. La rouquine se sentait toute raplapla en regardant faire son amie, comme si elle manquait singulièrement de motivation pour bouger. En fait, à Mellow Blue Castle, on passait tellement de temps à ne rien faire que Lily perdait l’habitude de fureter partout, habitude qu’elle ne retrouvait qu’à Poudlard. Vautrée sur le lit, elle lui parlait donc du médecin de la cour, Sanders Tudor, à qui elle avait déjà parlé de Luna, parce qu’elle voulait faire les présentations, un de ces quatre. Luna semblait emballée.
« C’est pas un chien, c’est un médecin. Ca fait deux raisons pour qu’il ne te montre pas les crocs. Les crocs, c’est moi qui les montre aux connards qui disent du mal de lui. »
C’était dit sur un ton tellement naturel que ça aurait pu être comique si ça n’avait pas été la vérité. Plus d’une fois, Lily s’était arrêtée au milieu d’un couloir pour rembarrer sèchement deux nobles qui disaient du mal du « frère bâtard du roi » alors qu’eux-mêmes poussaient leurs femmes et leurs filles à tapiner dans le lit du monarque pour un petit peu plus de privilèges. Bande de salauds. Généralement, ils évitaient de critiquer la famille royale avec un Potter dans les parages, mais Lily ne portait pas les couleurs de la garde personnelle du roi, du coup les gens ignoraient le plus souvent à qui ils avaient affaire. Oh, pas très longtemps cependant. Il suffisait qu’elle leur rappelle d’un ton glacial le respect du à la famille royale pour qu’ils percutent qu’ils se faisaient remonter les bretelles par la fille du capitaine de la garde. Reposant les yeux sur Luna qui s’était miraculeusement immobilisée, Lily haussa les épaules.
« Oui pourquoi pas, je lui demanderai un de ces quatre. Et évidemment que ça claque. Je voterai pour toi d’ailleurs, ce sera déjà ça de pris. »
C’est vrai que la présidente du club de lecture était une vraie plaie. Sous prétexte que Luna est orpheline, elle lui demandait d’un ton condescendant si elle avait déjà ouvert un livre de sa vie. Un jour, Lily avait craqué, et avait utilisé ce même ton méprisant pour demander à la donzelle si elle était allée pêcher avant de venir. La présidente avait haussé les sourcils, et Lily lui avait dit d’un ton altier qu’elle avait coincé des thons dans ses filets de pêche tout en pointant négligemment du doigt les collants boudinés de la demoiselle, qui avait violemment rougi et n’avait rien rétorqué. Luna avait éclaté de rire. L’an dernier, d’ailleurs, elle avait voté pour James en tant que président du club, mais l’autre, avec ses saloperies et ses coups bas, avait récupéré la place une année de plus. Bah. Cette année elle voterait pour Luna et embêterait James pour qu’il fasse pareil qu’elle, voilà. Tendant les mains, Lily s’étira comme un chat … Et manqua de tomber du lit quand Luna reprit la parole. Elle ? Amoureuse ? Du prince Sanders ? Lily se rassit souplement sur le lit et posa sur son ami un regard plein d’incompréhension, des bulles de rire montant insidieusement à son cerveau ralenti. Mais, mais, mais … Elle est malade ?
« Qui, moi ? Amoureuse du prince ? »
Un sourire s’esquissa sur les lèvres de la rouquine, qui éclata de rire. Amoureuse du prince ! Non, certes, le prince Sanders était peut-être le plus sympathique et accessible de la famille royale d’Irlande, mais ils avaient quinze ans de différence et la maturité qui va avec. Elle le considérait comme un grand pote, avec qui il faut quand même prendre des pincettes parce qu’il est de la famille royale et que tout le monde regarde ses fréquentations histoire d’avoir de quoi jaser. Voire un … Tiens, un parrain, pourquoi pas. Un être bienveillant et gentil qui la répare en soupirant à chaque fois qu’elle se fait mal, non sans lui épargner un sermon plus ou moins long qu’elle ne peut esquiver parce que c’est un adulte, un médicomage, et un prince. Arrêtant de rire, Lily se frotta les yeux et tenta de reprendre son sérieux.
« Par Merlin. Non, certainement pas. C’est le prince Sanders quoi, il est gentil et je l’aime bien. On a quinze ans de différence et il ne me parle pas comme si j’étais une gamine, on a des discussions politiques, il m’explique des trucs, tout ça quoi. Mais je ne l’aime certainement pas … Eh bien, d’amour, quoi. »



Show me how to lie, you're getting better all the time, and turning all against the one, is an art that's hard to teach, another clever word, sets off an unsispecting herd, and as you get back into the line, a mob jumps to their feet, now dance, fucker, dance, aan he nerver had a chance, and no one even knew; it was really only you, and now you steal away, take him out oday, nice work you did, you're gonna go far kid
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ Ecrits : 201
ϟ Aeons : 231
ϟ Avatar : Ebba Zingmark
ϟ Crédits : Inconnu (avatar) Bérénice (signature) Tumblr (gif)

ϟ It's just me :

ϟ Age du personnage : 19 ans
ϟ Idéologie politique : Elle ne comprends pas pourquoi les quatre races ne peuvent pas vivre en paix. Pourquoi tant de haine alors que le monde nous cause déjà bien asse de soucis ?
ϟ Année : Cinquième année à Serpentard, filière sport et combat, spécialité escrime.
ϟ Capacités : Maîtrise l'art du déguisement, peut cuisiner avec trois fois rien, très douée pour les économies.
ϟ Nationalité : Anglaise officiellement
ϟ Race : Moldue
ϟ Credo : Les amis sont notre famille.

ϟ Nous a rejoint le : 07/04/2013
« We are One. »
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   Mer 12 Juin - 19:44

Humain, chien, c’est la même chose non ? La seule différence est qu’on sait toujours les intentions d’un chien, c’est pas hypocrite, menteur ou je ne sais trop quoi comme les humains. Je me contente de soulever les épaules. Pas envie de débattre sur la race de Sanders, chien ou humain, il a l’air cool. M’enfin pas suffisamment pour qu’elle tombe amoureuse de lui. Dommage. L’amour, c’est bien un truc qui manque à Lily. Pas l’amour familial, elle en a trop de cela, au point qu’elle risque d’étouffer. J’en prendrai bien un peu, mais ils ne seront jamais de ma famille, alors bon. J’ai appris à me faire à l’idée que jamais j’aurais de maman poule, qui sera là, toujours à s’inquiéter pour moi, me donnant des petits surnoms ridicules et râlant devant le peu de soins que je porte à ma tenue. Jamais je n’aurais non plus de père protecteur et doux, un peu agaçant avec les garçons, mais sur qui je pourrais toujours compter. Certains enfants se font molester, congeler, voir pire par leurs parents. Par rapport à ses malheureux, j’ai de la chance, mais ils ne sont qu’une minorité. Voilà que je refais mon égocentrique. Moi, moi, moi. Pire que les mouettes de Némo. Non. Lily. Lily l’éternelle célibataire. Lily qui ne couchera pas avant le mariage. Et même après probablement. Dés fois je me dis qu’un univers entier nous sépare. S’il n’y avait pas eut ces affreux t-shirt rose, probablement que jamais on se serait parlé, se méprisant l’une et l’autre. Le destin fait parfois bien les choses.
« - Tant mieux. Ca fait plus d’amour pour moi. »
Je m’avance sur le lit pour lui attraper le visage entre les deux mains. Elle a un très joli visage. Rien à envier à toutes ces poupées de porcelaines. Si elle avait un homme ou bien si j’avais une attirance sexuelle pour les femmes probablement que je tomberai amoureuse d’elle. Un vrai amour. Pas le genre de relation que j’ai entretenu avec quelques mecs. Plus par simple expérience et curiosité qu’au nom de sentiments amoureux. Deux, trois peut-être. Deux et demis pour être exacte. Après beaucoup de mensonges et de suppositions. Les rumeurs courent vite malheureusement pour moi. Et beaucoup mentent et moi je ne les contredis pas en échange de bonbons. Y a que Lily qui connait la vérité. Elle connait tout de moi, plus que Rose. Voilà pourquoi je la regarde les yeux dans les yeux. Ils sont beaux. On dirait des pierres précieuses.
« - Ma très chère Lily Luna Potter. Douce muse qui partage mon âme et mon prénom, veux-tu m’épouser. »
Je la prends par surprise et claque un smack sonore sur ses lèvres. Elles ont un goût de caramel. J’aurais cru qu’elles auraient le goût de plume de sucre. Alors que non, elles ont le goût délicieusement collant du caramel. Est-ce son premier baiser ? Je souris, un peu naïvement. Si c’est le cas, je suis probablement la meilleure personne pour lui voler ce premier baiser. Lourdement je me laisse retomber sur ce putin de matelas qui est un véritable nuage. Pas désagréable, un peu space, mais probablement parce que c’est Lily, mais pas désagréable du tout.
« - Dommage que l’on accepte l’inceste que chez les sangs purs. » Je m’appuie sur mes coudes pour me relever. « D’ailleurs, tu crois qu’ils ont conscience que pour rester soit disant…pur, ils sont obligés de coucher avec un membre de leur famille. Okay soit disant qu’ils sont cousins éloignés ou autre, mais quand même ! »
Les sorciers sont parfois étranges. Pas que les sorciers, tout le monde. Certains moldus pratiquent aussi ce genre de relation un peu space. Je ne comprends pas trop comment on peut… coucher avec un membre de sa famille. Que ce soit son cousin ou sa cousine, c’est un peu la même chose que son frère ou encore sa sœur au fond. Est-ce que cela pourrait m’arriver ? Après tout personne ne sait si j’avais un frère ou une sœur, voir un membre de ma famille. Après tout, personne ne connait mon histoire, même pas moi. Cela serait glauque. Eurk. Il manque des étoiles sur son plafond. Plein de belles étoiles qui luiraient dans la nuit. Cela deviendrait un lieu onirique. Sauf qu’on n’accepte pas l’inceste dans les royaumes oniriques, règle numéro une dictée par moi-même. Il était agréable, mais étrange. Comme quoi. Les liens de sang ne sont pas nécessairement les seuls qui comptent. Des étoiles, oui cela serait jolis. 


Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ Ecrits : 238
ϟ Aeons : 278
ϟ Avatar : Susan Coffey.
ϟ Crédits : C'est écrit dessus.

ϟ It's just me :

ϟ Age du personnage : 19.
ϟ Idéologie politique : Aucune. Lily aime autant les moldus que les créatures magiques, et ne deviendra violente que si on l'agresse.
ϟ Année : 5ème à Serpentard.
ϟ Capacités : Balance très bien les coups de poings.
ϟ Nationalité : Anglaise.
ϟ Race : Sorcière, animagus chien non déclaré.
ϟ Credo : On sous estime souvent les mots. On pense qu'ils sont anodins, mais c'est faux : Les mots sont des armes tranchantes. Une fois prononcés, ils restent suspendus, ils s'accrochent. Ils se collent sur une paroi invisible, pas très loin des étoiles, de telle façon que leur propriétaire ne peut plus les récupérer. Les mots sont des assassins. Les mots sont des magiciens.

ϟ Nous a rejoint le : 07/04/2013
Localisation : Montpellier.
« We are One. »
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   Ven 28 Juin - 14:21

Lily grogna quand Luna lui dit d’un air presque naturel que ça ferait plus d’amour pour elle. Elle savait très bien que son amie disait ça en plaisantant, mais elle avait énormément de mal à laisser quelqu’un parler comme ça d’un prince. Commencer par le comparer à un chien bâtard, puis sous-entendre qu’on pouvait lui tourner autour quoi. Si ça avait été une toute autre personne que sa Luna, Lily aurait sorti son regard spécial Potter. Baisser un peu la tête, fixer la personne droit dans les yeux en levant à peine les sourcils, l’air de lui dire « Tu crois qu’une pauvre merde comme toi a une chance avec un prince ? Avise-toi donc de parler mal de lui à nouveau et je me mettrai sur ta route pauvre con. » Mais il s’agissait de Luna. Du coup elle se contenta de fermer brièvement les yeux pour éviter de lui sortir son regard hautain et sa tirade méprisante, et les rouvrit une fois calmée. Luna n’oserait pas s’en prendre à un prince, surtout en sachant que Lily le tenait en si haute estime. Elle rouvrit les yeux quand les mains fraîches de sa meilleure amie se posèrent sur ses joues, et faillit sursauter de surprise. Luna était très proche d’elle, leurs nez se touchant presque. Puis elle lui déclama une demande en mariage et l’embrassa par surprise sans lui laisser le temps de répondre. La jeune Potter sourit d’amusement, faisant écho au sourire naïf de Luna.
« Bien sûr que je le veux, mon petit feu follet. »
Du bout des doigts, Lily agrippa Luna par sa chemise pour lui retourner son baiser. Les lèvres de la rouquine étaient douces, presque aussi douces que les plumes en sucre que Lily aimait à mâchonner pour réfléchir. Quand elle la lâcha, Luna se laissa tomber à côté d’elle sur le lit, lui parlant de mariages de sangs-purs. Lily leva les yeux au ciel devant son changement de sujet. Enfin bon, elle avait l’habitude, cela dit. Luna s’appuya sur ses coudes pour se relever, se mettant dans la même position que la jeune sorcière qui, elle, se demandait si elle n’allait pas se laisser tomber comme une chiffe molle sur le matelas pour dormir. Traître, ce matelas, mine de rien.
« Bah évidemment qu’ils en ont conscience, c’est justement pour ça qu’ils le font, pour préserver la pseudo-pureté de leur pseudo-race à part. C’est même pour ça que plus ça va, et plus ils sont dégénérés congénitaux et qu’ils ont plein de problèmes liés à la consanguinité. »
Lily tourna la tête vers Luna, qui regardait le plafond d’un air rêveur. Ah la la, c’est à Poufsouffle qu’elle aurait du aller, parfois, tellement sa propension à rêvasser était énorme. Enfin, vu les incroyables coups de pute qu’elles étaient capables de faire rien que toutes les deux, nul ne doutait de sa place à Serpentard. Finalement, la vipère laissa glisser ses mains le long du lit et s’étendit comme un pacha – ou comme un gros chien, aurait dit James sans réellement avoir tort, héhé. Sentant ses yeux se fermer, Lily lutta et se releva pour s’asseoir sur le lit. Ne pas dormir, il est à peine quatorze heures.
« Ca te dit qu’on bouge ? Si je reste ici je vais m’endormir, c’est cramé. Je peux te faire visiter le château, si tu veux. »


[ Bon bah ta réponse m'a pas inspiré, pardon pardon. Ca te dit qu'on close ça ? ]



Show me how to lie, you're getting better all the time, and turning all against the one, is an art that's hard to teach, another clever word, sets off an unsispecting herd, and as you get back into the line, a mob jumps to their feet, now dance, fucker, dance, aan he nerver had a chance, and no one even knew; it was really only you, and now you steal away, take him out oday, nice work you did, you're gonna go far kid
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ Ecrits : 201
ϟ Aeons : 231
ϟ Avatar : Ebba Zingmark
ϟ Crédits : Inconnu (avatar) Bérénice (signature) Tumblr (gif)

ϟ It's just me :

ϟ Age du personnage : 19 ans
ϟ Idéologie politique : Elle ne comprends pas pourquoi les quatre races ne peuvent pas vivre en paix. Pourquoi tant de haine alors que le monde nous cause déjà bien asse de soucis ?
ϟ Année : Cinquième année à Serpentard, filière sport et combat, spécialité escrime.
ϟ Capacités : Maîtrise l'art du déguisement, peut cuisiner avec trois fois rien, très douée pour les économies.
ϟ Nationalité : Anglaise officiellement
ϟ Race : Moldue
ϟ Credo : Les amis sont notre famille.

ϟ Nous a rejoint le : 07/04/2013
« We are One. »
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   Dim 30 Juin - 20:09

Lily. Elle fait la gueule. Elle sait de le cacher, je le vois bien, mais elle aime pas trop qu'on dise du mal de son prince. Pas de chance, moi je dis du mal de tout le monde. Des princes, des rois, des mandiants, des malades, des handicapés, de tout le monde. Parce que comme ça je me dis que ma vie n'est pas si pourrie que cela. Et puis ma langue ne peut s'empêcher de lâcher avec virulence des vérités qui ne sont pas forcément vrais. J'aime pas quand elle fait la gueule. Après elle boude et tout c'est pas drôle. Heureusement que le baiser lui fait changer d'avis. N'empêche que maintenant je ne l'aime plus ce type, ce Sanders. Je n'aime pas quand Lily fait la gueule à cause des inconnus dont j'ai dis du mal. Mais c'est noter, sujet sensible à m'éviter. Ce baiser c'est étrange. On embrasse pas comme ça ses amis. Faut bien l'avouer. Surtout ce genre de baiser. C'est quelque chose qui picotte. Lily me rend le baiser. Je ne l'apprécie pas à sa juste valeure. Y a quelqu'un qui revient. Encore et encore dans mon esprit. J'ai couché avec lui autrefois. Une seule fois et ensuite je lui ais gueulé dessus parce qu'il a voulu m'offrir un collier. Soit disant un cadeau de noël, moi j'ai cru qu'il m'a prit pour une pute. Au fond de moi je sais que c'est faux, pour une fois qu'il était cool l'idiot. Pour une fois que je m'entendais bien avec lui. J'ai tout gâché. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai tout gâché.

J'hoche consciencemment de la tête quand elle me répond au sujet des sangs purs. Je ne l'écoute pas vraiment. Mon esprit est ailleurs à cause de ce triple crétin qui a bouffé des manuels de dragues en voici en voilà. Je ne comprends pas pourquoi il agit comme le dernier des abrutits, mais il agit pourtant ainsi. Maintenant qu'il est là dans mes pensées, je n'arrive plus à me concentrer sur rien. Je sais que si je m'endormais, je rêverai de lui. Même si je suis bien trop fier pour bien vouloir l'avouer. Pourtant Lily arrive à me sortir de mon esprit. En quelques mots, cela a suffit à l'éjecter bien au loin pour mon plus grand ravissement. Avec joie je saute hors du Lily.
« - J'attends que tu me dises cela depuis qu'on est arrivé. »
Oui la chambre de Lily est chouette. N'emêche que dans les chambres ont fait que deux choses : dormir et s'envoyer en l'air. Il est trop tôt pour dormir et la seule pensée que cette très chère Lily peut s'envoyer en l'air me donnerai une crise de fou rire. Elle est bien trop sage pour cela contrairement à moi. Ravie je sautille ici et là. Prête à partir enfin à l'aventure. Ce n'est pas en s'enfermant qu'on va voir du monde.
« - On commence par les jardins ! »
Je suis l'invitée. Je peux choisir non ? Oui, les règles de polietesse et moi cela fait deux et à plusieurs années lumières. Je peux être cool, comme capricieuse, que voulez-vous. Avant même que Lily ait le temps de répondre que ce soit pour approuvé ou protester me voilà déjà partie en direction de ces mystérieux jardins dont j'ai tant entendus parler. Tout le monde les décrit comme merveilleux, superbes et compagnie. Ils ont intérêt à ce que ce soit vraiment le cas pour que je fasse le déplacement. Et surtout qu'il y ait cet arbre où pousse du chocolat à la guimauve. Je me ferais une cabane dans cet arbre et y vivrait tout le temps. Je jette un coup d'oeil derrière mon épaule pour voir si Lily me suit bien. Si je lui demandais si cet arbre existait vraiment, elle se moquerait de moi. Alors je me contente de lui faire un petite signe pour lui montrer mon impatience et que si elle ne vient pas me rejoindre elle va devoir partir à ma recherche.

(et rp fini !)


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une bonne religieuse est une religieuse au chocolat. [Lily&Luna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La pauvreté : Question morale, Religieuse, Social et Politique
» L'organisation religieuse
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» PILOU caniche chocolat mâle de 6 ans (13) Marseille
» Bonne Année
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEARAEON :: 
En Irlande c'est trop steampunk
 :: Mellow Blue Castle.
-
Sauter vers: